Le numérique est désormais l’une des pierres angulaires de la croissance nationale. Ses diverses applications et strates en font une formidable opportunité de diversification économique voire de disruption sociale. L’enjeu aujourd’hui est de mesurer l’imprégnation des français face à ses usages, d’accélérer les transformations technologiques et culturelles des entreprises (publiques et privées), d’accueillir ses nouveaux métiers, et de soutenir les initiatives dont les actions sont à la fois inclusives, efficientes et progressistes. Tout cela sans faire peur…

Au delà des questions technologiques et matérielles, le sujet digital concerne tous les domaines et marchés dont voici quelques chiffres en image :

Les “startups Tech” (qui couvrent désormais tous les secteurs) jouent bien sûr un rôle fondamental dans les innovations de rupture qu’elles imposent lentement mais sûrement (lire aussi : “les 10 innovations de rupture (2017) selon le MIT”).
Les questions de financement, de scalabilité (des licornes françaises notamment) et de formations sont désormais sur la table.

Il n’y a jamais eu une telle période de promesses et de menaces […] Nous devons développer une lecture claire et globale quant à l’impact des technologies sur nos vies et comment elles reconditionnent notre environnement économique, social, culturel et humain.

Pr. Klaus Schwab, lors du Forum Economique de Davos (Suisse) de 2016 

La “Startup Nation” décrite par Dan Senor et Saul Singer en 2009 (déjà !) puis récemment plébiscitée par Emmanuel Macron, n’est pas loin. Il faudra cependant aborder avec pragmatisme les questions d’éthique, de gouvernance et de régulation qu’une telle révolution implique.

La transition numérique française passe donc par des étapes essentielles. Nous en soulignons ici 3  :

  • L’OBSERVATION d’abord, via des cercles de réflexion collaboratifs et pluridisciplinaires mettant en présence des entrepreneurs, des sociologues, des acteurs engagés dans l’open innovation et l’ESS… sans oublier le corps enseignant.
    Résultent généralement de leurs échanges, des publications ouvertes (études et rapports principalement) que l’on retrouve facilement sur Internet (ou sur demande).
    Ce travail de fond ne peut être aujourd’hui envisagé sans un appui fort du gouvernement pour le financement et le déploiement opérationnel des projets à fort impact économique et social.
    S’appuyant sur leurs expériences de terrain et les résultats de leurs travaux, les Think Tanks, à l’instar des lobbys, élaborent aussi parfois des propositions de lois.
POUR ALLER PLUS LOIN
En avril 2018, le Secrétariat d’Etat au Numérique, dont a la charge Mounir Mahjoubi, a publié le pré-rapport “Stratégie Nationale pour un numérique inclusif” (téléchargeable ici).

Les enquêtes de l’Agence du Numérique sont également disponibles sur le site du Laboratoire d’Analyse et de décryptage du Numérique :

N’hésitez d’ailleurs pas à proposer vos contributions sur la plateforme, c’est un laboratoire ouvert : https://labo.societenumerique.gouv.fr/suggerer-un-article/ ou à les suivre sur Twitter

  • L’ÉDUCATION ET LA FORMATION donc, avec le développement et la généralisation de formations pour tous (grâce aux MOOC notamment), d’ateliers gratuits ou payants, de programmes pilotes inclusifs et innovants en entreprises et même au sein des écoles.

Les initiatives visant à promouvoir la culture numérique en milieu scolaire et à faire entrer les outils pédagogiques dans le 21ème siècle forment un réseau appelé EdTech (Découvrez une sélection de pépites Tech ici). Les solutions développées s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

EDTECH
C’est dans ce contexte en mutation que des entrepreneurs se sont rassemblés pour créer la nouvelle EdTech Nation française. Pour y adhérer, visitez leur site https://edtechfrance.fr/ et pour en savoir plus, rejoignez-les sur Twitter :

L’éducation nationale propose également une veille de l’éducation numérique via la plateforme Eduscol

En partenariat avec la French Tech, le site Les Pépites Tech présente les startups EdTech de France

La Grande Ecole du Numérique propose 400 formations permettant d’apprendre les métiers du digital pendant que Google propose des ateliers numériques gratuits et certifiants (en ligne et sur sites) : Découvrir le catalogue des formations Google Ateliers Numériques.

Suivez le hashtag #edtech sur Twitter !

    • L’ENTREPRENEURIAT & l’INNOVATION

Le monde du travail est en plein bouleversement. Les entreprises traditionnelles sont poussées à remettre en question leurs méthodes de management, à faire preuve d’agilité (lire l’article de Cadreo : “Les 12 principes pour devenir une entreprise agile“) et à présenter des valeurs humaines et sociétales fortes. La transformation numérique est l’enjeu stratégique majeur des années à venir et les entrepreneurs tiennent lieu de références en termes d’innovation et d’audace, aussi bien technologique que sociale.

Les entrepreneurs français ont plusieurs visages : freelances, startups, artisans, intrapreneurs, jeunes entreprises… et toutes les disciplines ont leur tech !

Le développement des tiers-lieux sur tout le territoire (coworking, incubateurs, pépinières, fablabs, hackerspaces…) est également la preuve que les pays doivent désormais composer avec des nouveaux profils de travailleurs qui imposent des valeurs nouvelles pour une économie créative et humaine.

LA FRENCH TECH
La « French Tech » est à la fois un réseau, un label et une marque créée en 2013 à l’initiative du gouvernement. La Mission French Tech en assure le pilotage au sein du ministère délégué à l’Économie numérique.
L’ambition affichée est de promouvoir l’écosystème numérique français et de favoriser son rayonnement aussi bien dans nos territoires que dans le monde. Egalement accélérateur de croissance, la French Tech soutien, dans le cadre d’un programme d’investissements d’avenir, les startups afin de permettre leur développement à l’international.
Pour ce faire, elle s’appuie sur la Caisse des dépôts, Bpifrance, Ubifrance et l’Agence française pour les investissements Internationaux.
Les entrepreneurs de tout bords ou plûtot évoluant dans les thématiques suivantes sont “labellisables” French Tech : HealthTech, Iot, Manufacturing, EdTech, Entertainment, CleanTech, Mobility, FinTech, Security, Privacy, Retail, FoodTech, AgTech, Sports.
Depuis fin 2017, l’organisation s’est installée au coeur de la Station F, sous le nom de French Tech Central. Elle rassemble 30 acteurs publics et des acteurs de la recherche scientifique (DeepTech), ainsi mis en présence des startups françaises et internationales du campus. Pour en savoir plus :
www.french-tech-central.com